Personnes à risques

Personnes à risques :

 

Les personnes souffrant d’hémophilie, d’une diminution immunitaire, d’une allergie ou d’une affection cutanée, de diabète, d’épilepsie, de troubles cardiaques ou sous traitement médical doivent en avertir le professionnel et lui remettre, en cas de besoin, l’accord de leur médecin traitant. Les personnes noires de peau sont aussi considérées à risque.

 

Les personnes sous l’effet de l’alcool, de drogues ou qui ne sont pas en possession de leurs capacités de décision se verront refuser catégoriquement tout acte de tatouage.

 

 Hémophilie et personnes cardiaques sous traitement :

 

Le tatouage ne sera pas parfait car le sang trop fluide empêche les couleurs d’imprégner la peau. Une retouche sera nécessaire.

 

Diabète et diminution du système immunitaire :

 

Le tatouage ne se cicatrisera pas bien et un risque accru d’infection est possible. Le client diabétique devra faire vérifier son taux de glycémie quant au client qui a une diminution du système immunitaire, il devra fournir une attestation de son médecin traitant.

 

 Epilepsie :

 

Un risque de crise peut empêcher la bonne marche du travail

Allergies et affections cutanées :

Les personnes souffrant d’allergies ou d’affections cutanées peuvent demander l’avis du dermatologue avant de passer à l’acte.

 Une peau fine et sujette à des réactions diverses peut altérer un tatouage.

 

 Les personnes noires de peau :

 

Une peau fine, fragile et sensible pourrait provoquer un risque de chéloïde (tatouage en relief) lors de la cicatrisation.

 

 Les femmes enceintes :

 

une autorisation écrite du gynécologue sera exigée.

 

 Les personnes en carence de vitamines :

 

un manque de vitamines peut entraver la qualité du tatouage.